Rechercher
  • Emmanuel Versace

Les premiers restent les premiers


« En tenue de combat » au milieu du chantier JPS pour suivre la construction de son Class40 « Project Rescue Ocean », Axel Tréhin, skipper-constructeur, est dans son élément — l’autre avec la mer. Le timing étant parfait, le skipper se laisse encore trois bonnes semaines pour parfaire les finitions de son plan Raison afin d’avoir un bateau fin prêt à s'entraîner trois mois avant la première course à son programme. Il a également pris quelques minutes pour dégrossir ce début de 2e moitié de descente de l’Atlantique des concurrents du Vendée Globe.

De la casse et des questions

L’abandon de Corum m’a beaucoup marqué. Après 15 jours, c’est le premier abandon. Ça fait mal au cœur pour Nicolas Troussel. Je connais bien son équipe et je sais qu’ils ont beaucoup travaillé pour que Nicolas parte. Ça devait être très dur. C’est le seul abandon depuis le début de la course après 16 jours, c’est la seule bonne nouvelle.

La casse d’Alex Thomson est scrutée de près par tout le monde. Parce qu’il était l’un des favoris "à terre". Il a eu un peu plus de chance que Jérémie Beyou [Charal] parce qu’il n’a pas dû retourner aux Sables d’Olonne mais il a accusé pas mal de retard à cause de cet épisode là. Il y a tout de même encore plein de questions à ce sujet. Est-ce qu'il a tapé quelque chose ? Est-ce que c’est la structure qui était un peu faible ? Ce sont des protos même en les faisant naviguer au maximum avant les grandes courses, ce n’est jamais assez.

Pas premiers par hasard

En naviguant intelligemment, Apivia (Charlie Dalin) et LinkedOUT (Thomas Ruyant) sont devant avec une belle avance par rapport à leurs premiers poursuivants. Leurs foils plus polyvalents et moins typés "portant" ne sont pas forcément plus mal. Les deux sont très affûtés et ils ont suffisamment navigué sur leur bateau pour les connaître et ne pas les découvrir pendant la course. Et ils ont faim. Ça transpire dans les vidéos de Thomas. C’est agréable à voir.



La dernière fois qu’on s’est parlé (Billet sur les favoris), on avait évoqué Jean Le Cam (Yes We Cam !) comme favori de la flotte à dérive droite et je m’étais dit que j’avais peut-être parlé un peu trop vite, mais quand tu vois la course qu’il fait, eh bien non en fait ! Comme quoi avec un bon bateau de base bien préparé et optimisé, qu’on connaît sur le bout des doigts, on peut faire de la résistance. Son bateau est complètement différent des foilers, il ne prend pas les mêmes polaires. A partir de là, les angles rapides ne sont pas les mêmes. Cela permet de faire des trajectoires que les autres ne font pas. Il y a aussi un aspect connaissance et fiabilisatiion du bateau. Ça lui a permis de tendre la trajectoire dans Théta parce qu’il sait, par expérience, qu’il peut le faire. Alors que les autres ont préféré faire le tour de la paroisse parce que dans ces conditions, ils n’ont peut-être pas osé y aller parce qu’ils ne savent si leur bateau peut y aller.

Kevin et les autres

Je pensais que Kevin Escoffier [PRB] pouvait plus accrocher les leaders. D’après ce qu’on avait pu voir d’avant le Vendée Globe, c’est normal qu’il mène ce paquet. Après Boris Herrmann (Seaexplorer - YCM) et Yannick Bestaven (Maître CoQ) font une belle course. Louis Burton (Bureau Vallée 2) avec un bateau qui n’a pas trop été remanié fait aussi une belle course. Dans la situation météo actuelle dans l’Atlantique Sud, ça reste très ouvert.



Photo 1: Copyright - Axel Tréhin, Project Ocean Rescue

Photo 2: Copyright - Jean Le Cam, YES WE CAM!

62 vues0 commentaire
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram